Le gouvernement apporte son soutien au secteur des télécoms
Par Pierre Manière | 25/03/2020, 13:08 | 523 mots

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances.
Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances. (Crédits : Reuters)
Dans une lettre envoyée mardi aux opérateurs télécoms, l’exécutif promet de faire son possible pour épauler les Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free, dont les réseaux sont vitaux pour l’économie et le maintien des liens sociaux pendant l’épidémie.

Le gouvernement a voulu marquer le coup. Ce mardi, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, et Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, ont envoyé une lettre aux opérateurs télécoms. L’objet de la missive ? Assurer aux Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free que l’exécutif fera son possible pour les aider à préserver les réseaux en pleine épidémie de coronavirus.

Dans cette lettre, les ministres rappellent que « les réseaux et services de télécommunications sont essentiels à la continuité de la vie de notre nation ». Ils félicitent les opérateurs pour avoir su, jusqu’à présent, « gérer le risque de saturation des réseaux, et garantir leur maintenance dans un contexte difficile ». Depuis le début des mesures de confinement et l’explosion du télétravail et de certains usages gourmands en bande passante (les jeux vidéo en ligne, le streaming vidéo…), les infrastructures télécoms sont beaucoup plus sollicitées que d’habitude. Toute panne serait, dans le contexte actuel, particulièrement préjudiciable au pays.
Des réseaux importants pour lutter contre le virus

Le gouvernement rappelle que les réseaux sont fondamentaux pour maintenir l’activité économique, préserver les liens sociaux et permettre aux Français de se divertir. Ils contribuent aussi, soulignent les ministres, à « la lutte contre la propagation du virus, en acheminant les appels d’urgence ou en permettant la téléconsultation ».

Surtout, l’exécutif promet qu’il mettra tout en œuvre pour faciliter la vie des opérateurs. Ainsi, la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie « habilitera le gouvernement à prendre par ordonnance des dispositifs dérogatoires pour permettre [aux opérateurs] de rétablir en urgence des dommages que connaitraient les réseaux », soulignent les ministres. « Un décret [leur] permettra d’importer les dispositifs de protection nécessaires à l’équipement [de leurs] salariés, poursuivent-ils. Enfin, le ministre de l’Intérieur a rappelé la légitimité des déplacements de [leurs] salariés en intervention. »
Le coup de gueule d’Orange

Jusqu’à présent, certains opérateurs se sentaient un peu oubliés… La semaine dernière, dans un entretien au Figaro, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, s’en était agacé. Interrogé sur le travail de ses techniciens pour entretenir le réseau, il a affirmé que la situation n’était « pas facile ». « Nous attendons un message clair du gouvernement à l’intention de nos salariés qui doivent rester mobilisés pour garantir le fonctionnement des réseaux, a-t-il demandé. […] Il nous faut impérativement un message fort des autorités dans la parole publique. A chaque intervention, les ministres parlent des caissières et de l’énergie, mais ils oublient les télécoms. » D’après lui, certaines équipes d’Orange ont même été « verbalisées et arrêtées » sur le terrain au début du confinement. Son message a, visiblement, été bien reçu par l’exécutif.

Lire aussi: Coronavirus : les opérateurs se mobilisent pour préserver les réseaux